Make your own free website on Tripod.com

 

CHAUSSETTE VERTE

Page d'accueil

La Formation

Les Musiciens

L’album

Noveautés

Devenez Imprésario

Liens

Ce qu'on dit de nous

 

Ce qu’on dit de nous: petit recueil d’écrits et d’impressions

 

Chaussette Verte

Jazz 'n' dipity

by James D. Armstrong, Jr. on Jazz Now, November 2001 issue

Chaussette Verte is Guido Silipo, guitar; Denis Pechoux, keyboards; Filippo Leporelli, electric bass, and Pino Marroccella, drums.

What is immediately striking about this group is its non-competitiveness; unlike its stateside counterparts, ultra-complex arrangements and flashy technical displays are avoided in favor of atmospheric, motive-based improvisations. And thankfully, in the true spirit of improvised art, expressive content emerges from form. A case in point is the piece "La Niege," a gentle ostinato distantly resembling a paraphrase on McCoy Tyner's early piece, "Aisha." Underlying the proceedings is Marroccella, the magnificent timekeeper; this is percussion artistry of the rarest sort.

Copyright Jazz Now, November 2001 issue, all rights reserved
http://www.jazznow.com

 

Le groupe qui te fait oublier le lait sur le feu!!!

 

Une contribution de Robert L.Parker

 

 

Avez-vous déjà entendu parler de Chaussette Verte ? Je suis quasiment certain que non. Ce quartet semble opérer en semi-clandestinité, bien qu’étant l’objet de grande attention de la part d’un public restreint mais fidèle, qui se donne rendez-vous d’un concert à l’autre, comme un groupe de conspirateurs.

J’ai eu la chance d’assister à une de leurs rares apparitions en public, et je dois dire que je suis resté sans voix : leur musique est souvent totalement improvisée, sans même un thème écrit, mais au lieu d’être aride et difficile, comme cela arrive quelquefois avec le free jazz, elle se révèle extrêmement « jouissante » - on se sent impliqué – sans pour cela tomber dans la facilité.

 

«  Le free jazz se développe à partir d’un thème, par des dialogues entre les instruments où chacun expose sa thèse. Cela crée inévitablement  une compétition entre les instruments, et c’est ce qui fait sa beauté. Nous, nous élaborons notre musique à partir de quelques mesures, d’impressions ou d’impulsions subites, mais d’une manière collective vers le résultat, ni en compétition, ni dans le rapport  qui s’établit habituellement entre le soliste et l’accompagnement dans le jazz classique.

Les morceaux ne sont pas protégés par le copyright (*). « Nous préférons la paternité des idées à leur propriété ; si on laisse les idées libres pour tous, il se peut qu’elles croissent et qu’elles donnent des fruits intéressants, si on les garde prisonnières, elles resteront stériles. D’autre part, il est peu probable que notre musique donne lieu à des gains énormes et il est donc aussi bien que ceux qui voudraient la diffuser soient libres de le faire. »

« En outre, si la propriété des biens matériels est rendue nécessaire ( avec toutes les implications douloureuses que cela comporte) par l’impossibilité qu’on a de jouir d’un même objet tous ensemble, les biens immatériels, comme les idées, les inventions et la musique n’ont pas ce problème et donc leur possession n’a pas de justification morale. C’est pourquoi nous vendons nos CD, pas notre musique, que vous pouvez télécharger gratuitement. Ce que vous payez, c’est le support et l’impression assumées par la compagnie qui s’en occupe. Après cela, copiez, mixez, jouez notre musique comme il vous plaira, pour le plaisir ou pour faire de l’argent. Nous nous réservons seulement le droit d’en nier l’utilisation dans la publicité : c’est tout à fait en contradiction avec ce qui est dit auparavant, mais nous ne pouvons accepter que nos créations se retrouvent comme supports à des campagnes faites par des marques dont nous n’approuvons pas le comportement. »

 

 (*) Sauf Neige qui a été composé par Monsieur Denis Pechoux avant la naissance de Chaussette Verte